Développement PersonnelRésilience et Force intérieureComment j'ai surmonté le deuil de ma mère : Le témoignage de Paul

Comment j’ai surmonté le deuil de ma mère : Le témoignage de Paul

UPmy.life : Bonjour Paul, c’est un plaisir de vous rencontrer et merci d’avoir accepté de partager votre expérience avec nous. Vous avez traversé une période douloureuse suite au deuil de votre mère, et votre récit est chargé d’émotions. Pouvez-vous commencer par nous dire un peu plus sur vous ?

Paul : Bonjour et merci pour cette opportunité. Je m’appelle Paul, j’ai 35 ans maintenant et je suis ingénieur. Je suis passionné par la nature et l’écologie. Dans mon temps libre, j’aime faire des randonnées, de la lecture et je suis aussi un amateur de cuisine.

UPmy.life : Avez-vous toujours eu ce goût pour l’aventure et l’exploration ?

Paul : Oui, je pense que cela vient de ma mère. Elle adorait les voyages et les excursions. Elle m’a transmis sa passion pour la découverte de nouveaux lieux et de nouvelles cultures. Elle a été un véritable modèle pour moi.

UPmy.life : La perte d’un parent est une épreuve très difficile à traverser. Pouvez-vous nous parler de ce qui s’est passé ?

Paul : Ma mère est décédée d’une maladie assez brutale il y a deux ans. Son absence a créé un énorme vide dans ma vie. C’était une femme très forte et indépendante. Elle a été ma principale source d’inspiration dans la vie. Sa mort a été un choc pour moi, et je me suis retrouvé confronté à un sentiment d’incompréhension et une douleur immense.

UPmy.life : Comment votre vie a-t-elle changé après le décès de votre mère ?

Paul : Sa mort a changé ma vie de façon radicale. Pendant un certain temps, je me suis senti perdu, sans direction. Je m’efforçais de continuer à vivre normalement, mais en réalité, j’étais submergé par l’émotion. Accepter qu’elle ne ferait plus partie de ma vie a été très difficile.

ENVIE DE PASSER A L'ACTION ?
Si vous traversez une situation similaire et que vous cherchez à surmonter le deuil, découvrez comment notre service “Plan d’Action Personnalisé” peut vous aider à naviguer dans cette période de votre vie.

UPmy.life : Pouvez-vous nous décrire plus en détail comment était votre vie avant le décès de votre mère ?

Paul : Avant sa mort, j’étais assez insouciant. Je vivais ma vie sans vraiment me soucier des difficultés majeures. Ma mère était là, toujours prête à me soutenir dans les moments difficiles. Elle était le pilier de ma vie, la personne à qui je pouvais me confier sans hésiter.

UPmy.life : Quels sont les obstacles et les défis auxquels vous avez été confronté après sa mort ?

Paul : Le plus grand défi pour moi a été de vivre sans la présence de ma mère. Elle n’était pas seulement ma mère, elle était aussi mon amie, ma conseillère et mon soutien moral. Son absence a créé un grand vide dans ma vie. Gérer la douleur du deuil tout en continuant à vivre était un énorme défi. J’ai dû apprendre à surmonter la douleur et à me reconstruire après cette perte.

UPmy.life : Quelle émotion dominante avez-vous ressentie après avoir perdu votre mère ?

Paul : Je pense que l’émotion dominante a été la tristesse. C’était une tristesse si intense, presque insupportable. J’étais aussi submergé par un sentiment d’injustice et d’incompréhension. C’était presque comme si une partie de moi-même était également morte avec elle.

UPmy.life : Comment avez-vous géré cette émotion dominante ?

Paul : Au début, c’était très difficile. J’ai essayé de supprimer ma tristesse, de l’ignorer, mais ça ne faisait qu’empirer les choses. Avec le temps, j’ai compris qu’il était nécessaire de laisser la tristesse s’exprimer, de l’accueillir, pour pouvoir commencer le processus de guérison. Cela a pris du temps, beaucoup de temps, mais j’ai appris à vivre avec cette douleur et à la transformer en quelque chose de constructif.

UPmy.life : Paul, y a-t-il eu un événement ou un moment particulier qui a marqué un tournant, un début de changement dans votre manière d’appréhender cette douleur, ce deuil ?

Paul : Je me rappelle d’un moment précisément. C’était lors d’une randonnée en montagne, quelques mois après le décès de ma mère. J’étais assis sur un rocher, j’observais le paysage, et instinctivement, ma première pensée a été “J’aurais aimé que maman voie ça”. Ça a été un choc. Elle n’était plus là, et pourtant, elle continuait d’influencer mes pensées, mes sentiments, ma vie. À cet instant, j’ai compris qu’elle vivait toujours à travers moi, à travers mes souvenirs d’elle. Cela a été un déclic. J’ai pris conscience que je n’étais pas seul. Elle était là, dans ma mémoire, et je pouvais continuer à vivre avec sa présence.

UPmy.life : Qu’a provoqué ce déclic en vous ? Quelle a été votre motivation pour avancer ?

Paul : Ce déclic a éveillé une motivation que je n’avais pas ressentie depuis longtemps. J’ai ressenti le besoin de vivre pleinement, pour honorer la vie de ma mère, pour faire en sorte que son héritage continue à travers moi. Elle aimait la vie, elle savait apprécier les petits moments, elle avait cette force en elle. J’ai réalisé que ces qualités étaient aussi en moi, qu’elle les avait cultivées en moi. Ma motivation est alors devenue celle de continuer à vivre, à expérimenter, à découvrir. Pour moi, mais aussi pour elle.

UPmy.life : Paul, pouvez-vous nous expliquer les moyens, méthodes ou stratégies que vous avez adoptées pour faire face à cette immense période de chagrin ?

Paul : Oui, c’est toujours un processus en cours plutôt qu’un événement ponctuel. Premièrement, j’ai cherché de l’aide auprès d’un thérapeute spécialisé dans le deuil. C’était une étape essentielle. Je pouvais parler librement de ma mère, de ma douleur, sans peur d’être jugé. J’ai aussi commencé à écrire dans un journal, à documenter tous les beaux souvenirs que j’avais de ma mère. Ça m’a vraiment aidé.

UPmy.life : Et avez-vous utilisé des outils en particulier pour vous aider dans cette période ?

Paul : Oui, en plus de la thérapie et de mon journal, j’ai trouvé beaucoup de confort dans la méditation. J’ai également trouvé du réconfort dans mes activités habituelles, comme la randonnée et la lecture. Passer du temps dans la nature notamment a été comme un baume sur ma souffrance.

UPmy.life : Y avait-il des personnes fortuites dans votre vie qui vous ont influencé ou qui vous ont soutenu lorsque vous aviez besoin d’aide ?

Paul : Oui, j’ai eu la chance d’avoir d’excellents amis qui ont été vraiment présents pour moi. Ils ont été là pour discuter, m’écouter, parfois simplement partager le silence. Je suis également reconnaissant envers mon thérapeute qui a su m’accompagner avec douceur et compétence dans ce voyage particulièrement difficile.

UPmy.life : Avez-vous des exemples de sources d’inspiration que vous avez utilisées ou qui ont guidé votre parcours ?

Paul : Bien sûr, ma principale source d’inspiration était ma mère elle-même. Elle a toujours affronté les défis avec une positivité incroyable. Elle était aussi une grande amoureuse de la nature et je trouve beaucoup d’inspiration dans la beauté de l’environnement qui m’entoure. Aussi, j’ai lu des livres sur le deuil et le processus de guérison. Je n’avais pas de guide défini, mais j’ai tiré de l’inspiration de multiples sources pour trouver ma propre voie à travers cette épreuve.

UPmy.life : Paul, pouvez-vous nous parler de vos réalisations majeures ou des changements significatifs dans votre vie depuis le début de votre parcours de deuil ?

Paul : Hum… Je dois dire qu’un des changements majeurs que j’ai vécus est le développement de ma résilience. Affronter la douleur m’a appris à être bien plus fort émotionnellement. J’ai dû apprendre à accepter et à gérer une douleur émotionnelle intense, et cela m’a aidé à mieux naviguer dans d’autres domaines de ma vie. Par ailleurs, j’ai commencé à faire du bénévolat dans un groupe de soutien pour personnes en deuil. Cela m’a permis de donner un sens à ce que j’ai vécu et à aider les autres qui traversent la même épreuve.

UPmy.life : Pouvez-vous partager un moment marquant ou une réussite significative sur votre parcours de guérison ?

Paul : Il y a une victoire dont je suis particulièrement fier. Environ un an après le décès de ma mère, j’ai réussi à faire quelque chose qui me semblait insurmontable : j’ai voyagé seule dans un pays qu’elle avait toujours voulu visiter. C’était un voyage très émotionnel pour moi, mais c’était aussi un moment de grande réussite. Je suis fier d’avoir eu le courage de faire ce voyage et d’honorer sa mémoire de cette manière. Dans un sens, c’était comme si je réussissais à transformer ma douleur en quelque chose de positif. C’était un signe que j’avais vraiment commencé à avancer.

UPmy.life : Avec le recul, quels conseils donneriez-vous à ceux qui traversent un deuil similaire, Paul ?

Paul : Je dirais d’abord… ne vous isolez pas. Il peut être tentant de vouloir faire face à la douleur seul, mais c’est important de partager. Parler de vos émotions, de vos souvenirs, aide vraiment à avancer. Que ce soit avec un thérapeute, des amis, ou un groupe de soutien, trouver une épaule sur laquelle s’appuyer peut être une puissante bouée de sauvetage.

UPmy.life : Quels enseignements avez-vous tirés de votre expérience avec le deuil et le processus de guérison?

Paul : Une leçon importante que j’ai apprise, c’est qu’il faut donner à la douleur l’espace pour s’exprimer. Il est normal de ressentir une profonde tristesse, de l’incompréhension, même de la colère. Ce sont des composantes naturelles du deuil. Il est crucial de les accepter et de les laisser venir, plutôt que de les refouler ou de les nier.

Et puis j’ai aussi appris que le deuil n’est pas une ligne droite. Il y a des hauts, des bas, et des moments où on se sent peut-être même coincé. Et c’est normal. La guérison vient avec le temps, et chacun a son propre rythme. Il est important d’être patient avec soi-même.

Mais je pense que le plus grand enseignement pour moi a été de me rendre compte que même dans la plus grande douleur, il y a toujours un espace pour l’amour et pour la joie. Porter le deuil de quelqu’un que vous aimez, c’est aussi une manière de célébrer son existence, de lui rendre hommage. C’est, à sa manière, une forme particulière d’amour.

UPmy.life : Après avoir traversé cette épreuve et appris à vivre avec ce deuil, quels sont vos futurs projets ou aspirations, Paul ?

Paul : Aujourd’hui, je sens que je suis sur la bonne voie pour continuer à vivre pleinement malgré l’absence de ma mère. Je n’ai pas de projets spécifiques liés à mon deuil. Cependant, ma mère a toujours été une personne engagée envers son environnement et la nature. Elle m’a transmis cette passion et aujourd’hui, j’aimerais contribuer à mon échelle. Je me suis récemment engagé en tant que bénévole pour un organisme de protection de l’environnement. Je pense que c’est une belle façon d’honorer sa mémoire.

UPmy.life : Vous avez mentionné votre amour pour la nature et la randonnée, que voyez-vous dans votre avenir à ce sujet ?

Paul : Je pense que la randonnée continuera d’être une source de refuge et d’évasion pour moi. J’ai d’ailleurs prévu plusieurs sorties en montagne dans les mois à venir. Ces moments dans la nature me ressourcent et me permettent de me connecter à quelque chose de plus grand que moi. Pour l’avenir, je rêve de faire une longue randonnée de plusieurs semaines voire quelques mois. C’est un projet qui me tient à cœur et que j’espère pouvoir réaliser dans les années à venir.

UPmy.life : Et en ce qui concerne votre métier d’ingénieur ? Y a-t-il des ambitions ou des projets futurs que vous souhaitez partager ?

Paul : En tant qu’ingénieur, j’aimerais utiliser mes compétences pour contribuer à des projets ayant un impact positif sur l’environnement. Que ce soit dans l’énergie renouvelable, la gestion des déchets, l’urbanisation durable… il y a tant de défis à relever. C’est quelque chose qui me passionne et j’espère pouvoir concrétiser cela dans mon travail à l’avenir.

UPmy.life : En réfléchissant à votre parcours, que diriez-vous avoir appris de cette expérience de deuil et de la manière dont vous avez trouvé la force de continuer, Paul?

Paul : Si je devais résumer ce que j’ai appris, je dirais d’abord l’importance d’accepter ses émotions. La douleur, la tristesse, tout cela fait partie du processus de guérison et il est crucial d’accueillir ces émotions, de les éprouver. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de vivre un deuil. Il est important de prendre soin de soi, d’être patient envers soi-même.

Deuxièmement, j’ai appris l’immense pouvoir de l’amour et du souvenir. On ne guérit jamais vraiment d’un deuil, mais la douleur finit par se transformer. On apprend à vivre avec l’absence de l’aimé, à se réjouir des souvenirs heureux plutôt que de se morfondre dans le manque.

Et enfin, j’ai appris qu’il est possible de trouver la force de continuer, même face à la plus grande des douleurs. Le deuil est une épreuve, sans aucun doute, mais c’est aussi une occasion de se découvrir soi-même, de grandir et de trouver une nouvelle façon de vivre.

UPmy.life : Pour conclure, Paul, quel serait le dernier message ou l’ultime leçon que vous souhaiteriez partager avec nos lecteurs ?

Paul : Je voudrais dire à tous ceux qui sont en deuil, ou qui traversent une période difficile, de ne pas perdre espoir. Le chemin de la guérison est long et sinueux, mais il est possible. Chaque petite victoire compte, chaque pas en avant est précieux.

Et surtout, n’oubliez jamais que même dans les moments les plus sombres, il y a de place pour l’amour, pour la joie, pour la vie. Même en l’absence de la personne aimée, l’amour persiste. Il change, il évolue, mais il ne disparaît jamais vraiment. Et c’est cet amour, cette dimension toute-puissante de l’humain, qui nous permet de survivre, de supporter l’insupportable, de continuer à marcher même lorsque nos pieds sont meurtris. C’est cela la véritable force de l’homme.

PS : Si vous traversez une situation similaire et que vous cherchez à surmonter le deuil, découvrez comment notre service “Plan d’Action Personnalisé” peut vous aider à naviguer dans cette période de votre vie.

Sommaire

Découvrez, apprenez... Avancez !