TravailProductivité et EfficacitéLa productivité ne se mesure pas en heures : Notre perspective

La productivité ne se mesure pas en heures : Notre perspective

Qui n’a jamais associé productivité à longues heures de travail ininterrompu ? Le monde de l’entreprise contemporain est souvent dominé par cette vision surannée qui, héritée de l’ère industrielle, incite à penser que le rendement est directement proportionnel au temps passé à tâche égale. On compte les heures, on remplit les agendas, dispensant notre énergie inégalement et parfois inadéquatement.

Cette vision s’accompagne d’une pression constante pour accomplir toujours plus dans des délais de plus en plus courts. Une course sans fin qui met de côté le bien-être des travailleurs et qui, paradoxalement, peut souvent mener à des situations de contre-productivité comme la procrastination, le burn-out ou l’épuisement professionnel.

Mais que se passerait-il si nous arrêtions pour un moment d’évaluer nos performances uniquement sur la base du temps passé ? Si nous remettions en question notre notion classique de la productivité pour en adopter une plus globale et plus durable ? C’est ce que nous vous proposons d’explorer ici.

La productivité n’est pas (seulement) une question de temps

Pendant des années, nous avons largement mesuré la productivité de manière simpliste : plus on passe d’heures au travail, plus on est productif. C’est une équation qui semble intuitive : plus de temps consacré à une tâche devrait évidemment amener à plus de résultats. Mais est-ce réellement le cas ?

Des études récentes remettent en question cette notion simpliste de la productivité. Une étude de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a révélé que, parmi les pays de l’OCDE, il n’y a aucune corrélation positive statistiquement significative entre le nombre d’heures travaillées par an et la productivité horaire. Les pays les plus productifs, comme la Norvège et l’Allemagne, ont en fait des horaires de travail plus courts que la moyenne.

Il est donc temps de questionner notre croyance ancrée que le nombre d’heures travaillées équivaut à la productivité. Ce mythe de la productivité en heures est non seulement archaïque, mais aussi potentiellement néfaste. Il peut encourager le surmenage, le stress et l’épuisement professionnel – tous des facteurs qui, ironiquement, peuvent réduire notre productivité.

Alors, si le temps passé au travail n’est pas l’indicateur de productivité ultime, qu’est-ce qui l’est ? Dans la prochaine section, nous explorerons comment la qualité du travail influe sur la productivité.

L’influence de la qualité sur la productivité

Le travail, pour être fructueux, doit nécessairement être de qualité. Cette assertion va souvent à l’encontre de la croyance traditionnelle selon laquelle la productivité est une affaire de quantité. Or, plusieurs recherches mettent en avant l’impact significatif de la qualité du travail sur la productivité.

Performance mentale et productivité

D’abord, parlons de la performance mentale. La productivité est directement reliée à l’état d’esprit de l’individu, à sa capacité mentale d’absorber, de traiter les informations et de produire des résultats. Des études en neurosciences ont montré que lorsqu’une personne est stressée, fatiguée ou distraite, sa productivité chute. Au contraire, lorsqu’elle se sent motivée, en bonne santé mentale et maitrisant son temps, sa productivité augmente. Ignorer l’influence de ces facteurs sur la productivité, c’est faire l’impasse sur une grande partie du tableau.

Intégration de routines saines dans la journée de travail

Il existe une multitude de façons d’améliorer la qualité du travail, et par extension, la productivité. L’une d’entre elles pourrait être la mise en place de routines saines dans la journée de travail. Par exemple, s’offrir une pause de quelques minutes pour méditer, choisir un environnement de travail adapté ou encore, faire de l’exercice entre deux réunions. Ces pratiques font partie des “life hacks” qui, mise en place progressivement et de manière conséquente, contribueront significativement à une meilleure productivité.

Repenser les indicateurs de productivité

Les mesures traditionnelles de la productivité, basées uniquement sur le temps passé ou les tâches accomplies, peuvent flaiblir à capturer la véritable essence de ce qui rend un travail vraiment productif. Au lieu de cela, il est important de mettre en lumière les facteurs moins évidents mais incroyablement influents qui peuvent amplifier la productivité.

L’importance du bien-être mental

Le bien-être mental n’est pas souvent associé aux mesures de productivité, mais il joue un rôle crucial. Une bonne santé mentale peut grandement améliorer la concentration, la créativité et la prise de décision – tous des facteurs clés de la productivité. L’intégration d’initiatives de bien-être mental dans l’environnement de travail, comme la promotion d’activités de détente ou de techniques de gestion du stress, peut avoir un impact positif profond.

Engagement et satisfaction au travail

L’engagement et la satisfaction professionnelle sont aussi des indicateurs essentiels de la productivité. Un employé motivé et satisfait de son travail est plus créatif, efficace et en mesure de produire un travail de haute qualité. Une culture d’entreprise qui apprécie et reconnaît ces valeurs peut grandement améliorer la productivité globale du personnel.

Repenser la mesure de la productivité

Pour mesurer la productivité d’une manière plus précise et efficace, nous ne devons pas seulement compter les heures travaillées ou les tâches accomplies. Il est nécessaire de prendre en compte le rôle que jouent le bien-être mental, l’engagement et la satisfaction professionnelle. Des outils, tels que des enquêtes régulières sur le bien-être des employés ou des systèmes de reconnaissance peuvent aider les entreprises à être mieux informées et à réagir en conséquence.

Une nouvelle perspective de la productivité

Notre vision contemporaine du travail et de la productivité doit intégrer des concepts bien plus vastes que le simple nombre d’heures passées devant un écran. Nous ne sommes plus à l’époque où le rendement était uniquement lié à la durée de la journée de travail. Il est essentiel de placer l’humain au cœur de nos préoccupations en tenant compte de son bien-être global et de sa capacité à gérer son énergie intelligemment.

L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle n’est pas une addition d’heures dédiées à chaque compartiment de notre vie, mais plutôt une question d’harmonie et de complémentarité. Il ne s’agit plus de travailler dur, mais de travailler intelligemment, de cultiver son bien-être au travail comme moteur de performance. Et cela passe nécessairement par une meilleure compréhension et gestion de nos émotions, de nos pensées et de notre corps.

Alors, au lieu de régler notre montre sur une journée de 8 heures, écoutons nos corps et nos esprits pour découvrir notre propre rythme. Le travail, surtout à l’ère du numérique, doit être une source d’épanouissement et non de stress. Cela passe par des pauses régulières, des périodes de concentration intense suivies de moments de détente, une meilleure qualité de vie au travail et davantage de reconnaissance et d’autonomie.

En conclusion, la productivité n’est pas une destination, mais un voyage constant vers une meilleure version de nous-mêmes. C’est une exploration qui demande de l’ouverture, de la curiosité et de la volonté d’expérimenter de nouvelles façons de travailler. Dirigeons-nous vers cette nouvelle vision de la productivité, attentive à notre individualité et à notre bien-être, pour tracer le chemin de notre plus belle réussite.

PS : Envie d'aller enfin vers votre meilleure vie ? Jetez un coup d'oeil à notre masterclass "Tracez votre plan de vie vers le succès"

Sommaire

Découvrez, apprenez... Avancez !