TravailReconversion et Changement de carrièreDe salarié à entrepreneur social : le témoignage de reconversion de Maxime

De salarié à entrepreneur social : le témoignage de reconversion de Maxime

UPmy.life : Bonjour Maxime. Pourriez-vous commencer par nous dire un peu plus sur vous, votre histoire et ce qui vous a conduit à faire cette entrevue aujourd’hui?

Maxime : Bonjour. Je suis Maxime et je suis un entrepreneur social. Avant cela, j’étais salarié dans une grande entreprise. Si je devais décrire mon parcours en quelques mots, je dirais que j’ai connu un changement de trajectoire professionnel assez radical. Je suis passé d’une carrière salariale plutôt typique à une vie d’entrepreneur social, et ce fut un parcours pleinement riche d’enseignements.

UPmy.life : Pourquoi pensez-vous que votre histoire pourrait intéresser nos lecteurs?

Maxime : Je pense que beaucoup de personnes nourrissent le rêve de devenir entrepreneur, mais les obstacles, notamment la peur de l’inconnu et des échecs potentiels, les font souvent renoncer. Mon expérience permet de témoigner que ce saut dans le vide, bien que déstabilisant, vaut la peine d’être tenté. Et surtout, qu’il est possible de réussir ce passage, pour autant que l’on soit guidé par une cause qui nous tient à coeur.

UPmy.life : Maxime, que faisiez-vous avant de devenir entrepreneur social et comment vous sentiez-vous dans cette situation professionnelle ?

Maxime : J’étais chef de projet dans une grande entreprise technologique. Un travail intéressant, stable, avec des opportunités d’avancement. J’étais assez satisfait de ma vie professionnelle, mais je sentais qu’il manquait quelque chose, un sens plus profond à ce que je faisais au quotidien.

UPmy.life : Vous avez mentionné un manque de sens dans votre travail précédent. Est-ce que vous pourriez nous dire un peu plus à ce sujet ?

Maxime : Oui, bien sûr. J’avais du mal à voire l’impact concret et positif de mon travail sur la société. Certes, nous avions des objectifs alignés avec la stratégie de l’entreprise, et nous innovions beaucoup, mais l’impact social était flou, peu tangible. Je cherchais à aller au-delà d’un travail « normal », je voulais me sentir utile à une échelle plus grande.

UPmy.life : Pendant combien de temps avez-vous ressenti ce manque avant de prendre la décision de changer de voie ?

Maxime : Le sentiment de vouloir faire davantage s’est installé progressivement. Je dirais que c’est après environ cinq ans que l’envie de changer a vraiment commencé à m’obséder. J’ai passé encore deux années supplémentaires à réfléchir à la meilleure façon de procéder avant de faire le grand saut.

UPmy.life : Pouvez-vous partager avec nous les défis ou obstacles majeurs que vous avez rencontrés durant cette période de réflexion ?

Maxime : Oui, bien sûr. Trouver une idée d’entreprise qui était à la fois viable sur le plan financier et alignée sur mes valeurs n’était pas une tâche facile. De plus, laisser un emploi sûr pour l’incertitude de l’entrepreneuriat était terrifiant. J’avais peur de l’échec et de la manière dont cela pourrait affecter ma vie. Je me sentais également isolé, car peu de personnes de mon entourage comprenaient véritablement ma quête de sens et mon désir de changement.

UPmy.life : Maxime, quel a été l’événement ou la prise de conscience qui a été le véritable déclencheur de votre changement de carrière ?

Maxime : Il y a eu plusieurs moments clés qui m’ont poussé à réfléchir. Un en particulier, c’est lors d’une conférence sur l’entrepreneuriat social que j’ai assistée. J’ai été profondément touché par cette idée d’utiliser les outils de l’entreprise pour résoudre les problèmes sociaux. J’ai également rencontré des personnes qui avaient réalisé un parcours similaire au mien, et cela m’a donné confiance et l’envie d’explorer cette voie.

UPmy.life : Et à partir de ce moment, quelles étaient vos motivations pour entreprendre ce changement ?

Maxime : Ma motivation première était de me sentir utile et de faire un travail qui a un impact positif sur la société. Je ne voulais pas simplement gagner de l’argent, mais aussi aider à résoudre des problèmes sociaux concrets. Par ailleurs, l’envie d’entreprendre et de créer quelque chose par moi-même était également une motivation importante.

UPmy.life : Comment ces motivations vous ont-elles aidé à franchir le cap de quitter votre poste salarié pour devenir entrepreneur social ?

Maxime : Ces motivations ont été le moteur de mon changement de vie. Dès que j’ai pris conscience de ce que je voulais vraiment, j’ai commencé à sentir une véritable énergie, une envie irrépressible de passer à l’action et de quitter mon ancienne vie pour débuter un tout nouveau chapitre.

UPmy.life : Y a-t-il eu des moments de doutes ou des obstacles qui ont failli vous faire renoncer à vos projets d’entrepreneur social ?

Maxime : Oui, bien sûr. La peur de l’échec, la peur de manquer de ressources financières, la peur de ne pas avoir les compétences nécessaires. Mais chaque fois que ces doutes surgissaient, je me rappelais pourquoi j’entreprenais ce voyage, et cela me boostait et me donnait la force de surmonter ces peurs.

UPmy.life : Pouvez-vous nous parler des stratégies ou des méthodes que vous avez utilisées pour passer du statut de salarié à celui d’entrepreneur social ?

Maxime : Il y a eu plusieurs étapes. La première a été de prendre du recul pour faire le point sur moi-même, et comprendre ce qui était vraiment important pour moi, quels étaient mes talents, mes passions, mais aussi mes limites. J’ai utilisé des outils de développement personnel pour apprendre à me connaître et à clarifier ma vision.

Ensuite, je me suis formé à l’entrepreneuriat social, j’ai lu de nombreux livres, suivi des formations en ligne et assisté à des conférences et des séminaires. Cela m’a permis de comprendre le fonctionnement et les spécificités du secteur.

J’ai également pris le temps de rencontrer et d’échanger avec des personnes qui étaient déjà des entrepreneurs sociaux. Leurs conseils et retours d’expérience m’ont été extrêmement précieux.

Enfin, avant de quitter définitivement mon emploi, j’ai commencé à développer mon projet en parallèle. Cela m’a permis de le tester, de l’améliorer, et d’obtenir des premiers retours avant de me lancer totalement.

UPmy.life : Vous avez mentionné l’importance de la formation et du mentorat. Pouvez-vous nous expliquer ce que cela vous a apporté ?

Maxime : La formation m’a donné le cadre, les outils, les méthodologies pour comprendre comment créer et développer une entreprise sociale. Cela m’a permis d’avancer de façon structurée et de gagner en confiance.

Quant au mentorat, c’était vraiment crucial pour moi. Avoir des personnes qui avaient déjà réussi le parcours que je m’apprêtais à entreprendre et qui pouvaient m’orienter, me conseiller, me rassurer a été un soutien inestimable.

UPmy.life : Quels ont été les outils ou les méthodologies les plus utiles dans votre passage à l’entrepreneuriat social ?

Maxime : J’ai utilisé le Business Model Canvas pour structurer mon idée et élaborer mon modèle économique. La méthode Lean Startup m’a également aidé à tester et à améliorer mon offre rapidement. De plus, j’ai utilisé divers outils pour la gestion de projet, la communication, ou encore la comptabilité.

Mais au-delà des outils, je dirai que la clef a été de rester flexible, d’apprendre constamment et de savoir s’adapter, tant au niveau de son offre qu’au niveau des méthodes de travail.

UPmy.life : Vous avez également parlé de l’importance de développer son projet en parallèle de son travail salarié. Pourquoi cela était-il précieux pour vous ?

Maxime : Cela m’a permis de tester l’entrepreneuriat social sans mettre ma vie financière en danger. J’ai pu apprendre, ajuster mon idée, améliorer mon projet, tout cela à moindre risque. Quand je me suis finalement lancé à temps plein, j’avais déjà une base solide et un certain niveau de confiance. De plus, cette phase de transition m’a également permis d’appréhender plus clairement ce qui m’attendait, de mieux comprendre les défis de l’entrepreneuriat et de me préparer mentalement.

UPmy.life : Quels ont été, selon vous, vos plus grandes réalisations ou changements depuis que vous êtes devenu entrepreneur social ?

Maxime : J’ai réussi à créer une entreprise qui a un impact social positif et qui est en même temps économiquement viable. Ce n’est pas une mince affaire et j’en suis vraiment fier. Je pense aussi que le simple fait de m’être lancé, d’avoir surmonté mes peurs et mes doutes pour réaliser ce que j’avais en tête, est une grande réalisation. Sur le plan personnel, je suis devenu plus résilient et j’ai acquis une confiance en moi et en mes capacités que je n’avais pas avant.

UPmy.life : Vous avez mentionné que vous avez créé une entreprise qui a un impact social. Pouvez-vous nous en dire plus sur le type d’impact que votre entreprise a dans votre communauté ?

Maxime : Ma société travaille dans le domaine de l’éducation et de l’insertion professionnelle. Nous aidons des jeunes en difficultés scolaires à se remettre sur les bons rails et à trouver leur voie. Chaque jeune que nous aidons à trouver un métier, une formation, une voie, c’est une victoire. On voit concrètement l’impact que l’on a sur leurs vies et c’est extrêmement gratifiant.

UPmy.life : Quels sont certains des moments les plus marquants ou réussites que vous avez vécus en tant qu’entrepreneur social qui valident pour vous que vous avez fait le bon choix ?

Maxime : L’un à l’esprit est quand un jeune que nous accompagnions était venu me voir pour me remercier de l’aide que nous lui avions apportée. Il m’a dit que sans notre programme, il aurait probablement abandonné l’école et serait sans emploi. Ce genre de témoignages me touche profondément et me conforte dans le choix que j’ai fait.

UPmy.life : Quelles sont les transformations les plus significatives que vous avez observées chez vous-même depuis que vous avez quitté votre poste de salarié pour devenir entrepreneur ?

Maxime : Sur le plan personnel, je me sens plus épanoui. Travailler chaque jour avec une mission qui me tient à cœur a renforcé mon sentiment de réalisation et de satisfaction. J’ai aussi développé une grande capacité d’adaptation et un esprit d’initiative plus marqué. J’ai appris à prendre des décisions, même difficiles, et à assumer la responsabilité qui va avec. Je suis devenu plus fort, plus résilient, et j’ai le sentiment d’avoir évolué de manière significative.

UPmy.life : Maxime, si une personne dans une situation similaire à la vôtre était sur le point de se lancer, que lui recommanderiez-vous ?

Maxime : Je lui dirais d’abord d’être sure de sa motivation. Changer de carrière pour devenir entrepreneur social est un voyage inspirant, mais également exigeant. Il est important d’être porté par une cause qui a du sens pour soi.

UPmy.life : Quels seraient vos conseils pratiques pour quelqu’un qui débute dans l’entrepreneuriat social ?

Maxime : J’encouragerais cette personne à se former, à comprendre le secteur et ses spécificités. Se construire un réseau, échanger avec des personnes qui sont déjà entrepreneurs sociaux peut se révéler également très bénéfique. Enfin, il est important de prendre des risques mesurés. Tester son idée, l’ajuster avant de s’engager totalement peut être un bon moyen de limiter les risques.

UPmy.life : Quelle serait la principale leçon que vous souhaitez partager à partir de votre expérience ?

Maxime : La principale leçon est que le chemin est rarement linéaire et que c’est normal. La transition vers l’entrepreneuriat social est un parcours parsemé d’obstacles mais ces défis sont aussi des occasions d’apprendre, de grandir et de s’améliorer.

UPmy.life : Vous avez mentionné précédemment que vous aviez utilisé des outils de développement personnel pour vous aider dans votre transition. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Maxime : Ces outils m’ont aidé à mieux me connaître, à clarifier ma vision, mes valeurs et ce que je voulais être. Ils m’ont permis d’identifier et de surmonter certaines peurs et croyances limitantes. Je pense que c’est une étape essentielle dans un projet de reconversion professionnelle.

UPmy.life : Quelle a été la plus grande surprise ou le plus grand défi que vous avez rencontré en changeant de carrière ?

Maxime : Le plus grand défi a clairement été de gérer l’incertitude et la pression inhérentes à la création d’une entreprise. C’est une chose de le savoir théoriquement, c’en est une autre de le vivre réellement. Mais avec le temps, on apprend à mieux gérer ces moments et à rebondir face aux obstacles.

UPmy.life : Où voyez-vous votre entreprise dans le futur ? Quels sont vos projets ou objectifs pour l’avenir ?

Maxime : Mon objectif est que notre entreprise devienne une référence dans le domaine de l’éducation et de l’insertion professionnelle des jeunes. Nous voulons toucher un nombre toujours plus grand de jeunes, non seulement dans notre région, mais aussi ailleurs en France, voire à l’international. Nous explorons également la possibilité de diversifier nos actions pour avoir un impact encore plus large.

UPmy.life : Quelle serait pour vous la réalisation ultime en tant qu’entrepreneur social ?

Maxime : La réalisation ultime serait de voir l’impact de notre travail se multiplier, de voir une vraie transformation dans la vie de milliers de jeunes, de contribuer à rendre notre société plus inclusive et équitable. Cela serait une réelle consécration.

UPmy.life : Avec votre expérience d’entrepreneur social, avez-vous de nouveaux projets ou de nouvelles ambitions à l’horizon ?

Maxime : Pour l’instant, mon principal projet est de continuer à développer mon entreprise, d’améliorer notre impact, d’innover dans nos méthodes. Je suis encore chaque jour inspiré par ce que je fais, et j’ai l’impression que nous avons encore tellement de choses à accomplir.

UPmy.life : En tant qu’entrepreneur social, quel impact aimeriez-vous laisser ?

Maxime : Je souhaiterais que mon travail contribue à construire une société plus juste où chaque jeune a la possibilité de trouver sa voie et d’exploiter pleinement son potentiel. Si je parviens à faire une différence, même minime, dans cette direction, cela serait déjà, pour moi, un succès.

UPmy.life : Maxime, en regardant en arrière, que représente pour vous cette transition de salarié à entrepreneur social ?

Maxime : Cette transition marque pour moi une véritable transformation, à la fois personnelle et professionnelle. Elle est synonyme d’une prise de conscience, d’un certain courage pour oser sortir de la sécurité du salariat, d’une volonté de donner un sens à mon travail. C’est aussi l’histoire d’apprentissages, d’échecs et de réussites qui m’ont aidé à mûrir et à me construire.

UPmy.life : Si vous deviez résumer votre voyage d’entrepreneur social en un seul mot, quel serait-il ?

Maxime : Je dirais “épanouissement”. C’est vraiment le mot qui me vient à l’esprit aujourd’hui. Même si le chemin n’a pas été toujours facile, je me sens profondément épanoui dans ce que je fais.

UPmy.life : Quel est le message ou la leçon la plus importante que vous aimeriez transmettre à nos lecteurs à partir de votre expérience ?

Maxime : Je leur dirais que passer à l’acte, même si cela peut sembler effrayant, est la première étape pour vivre une vie alignée avec ses valeurs et ses aspirations. Le chemin peut être parsemé d’embûches, mais chaque obstacle est une opportunité de croissance et de découverte. Ayez l’audace de suivre votre passion, car c’est là que réside le véritable épanouissement.

UPmy.life : Avez-vous un dernier mot à partager avec nos lecteurs ?

Maxime : Ne laissez personne définir votre succès à votre place. L’important est de trouver ce qui donne du sens à votre vie et de persévérer dans cette voie. Et surtout, croyez en vous, car vous avez en vous toutes les ressources nécessaires pour réaliser vos rêves.

PS : Envie d'aller enfin vers votre meilleure vie ? Jetez un coup d'oeil à notre masterclass "Tracez votre plan de vie vers le succès"

Sommaire

Découvrez, apprenez... Avancez !